Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Un soleil de plomb

J’ai lu le recueil de nouvelles « Un soleil de plomb et autres nouvelles » de Solène Bauché. Ce recueil contient 3 nouvelles : 2 courtes et 1 longue. On dit souvent que les plus courtes sont les meilleures. En lisant ces nouvelles, le vieil adage est totalement confirmé !

Je n’ai pas accroché au « Dernier automne de May-June Winters » (en dépit du titre prometteur). Une longue suite de mots m’a perdu dans une histoire alambiquée dont on perd le fil – peut-être parce qu’on n’arrive pas à y croire – et on en attend la finalité. Le format peut-être car il laisse penser à la matière brute d’un futur roman. Plusieurs thèmes sont imbriqués bien qu’ils puissent être dissociés : immortalité, tueuse en série, captivité (comment ne pas songer à ces parents qui enferment leurs enfants), apocalypse, panthéon des dieux scandinaves, etc. Les paragraphes sont aérés, ce qui rehausse ce sentiment parcellaire. Mais la Milice veille… et je n’ébruiterais pas mon ressentiment très personnel ni la fin qui constitue toutefois un rebondissement digne de Highlander !

En revanche, les 2 autres récits, courts, ou dirais-je plutôt au long cours, intriguent et nous emportent loin. Il est important, après avoir terminé un livre, de le laisser se reposer quelque temps (surtout s’il a été trimballé comme une marchandise) puis de se dire : qu’ai-je retenu ? Qu’est-ce qui m’a marqué ?

La seconde nouvelle « Duplication » laisse la place trouble à des fantômes, un dédoublement de la personnalité dans un appartement jadis habité par le père de l’héroïne qui est accompagnée de son copain. Elle se lit comme un souffle chaud revenu du passé comme si l’on revoyait « Ghost » !

La première nouvelle éponyme mêle rêve et réel pour un couple qui se disputaille et dont l’homme est stérile. Le thème est d’actualité puisqu’on pourrait embrayer sur la GPA ; hé ! bien non, j’ai pas… décroché. Le récit est agréable, plein de perversité car il nous entraîne dans une valse intriguante et on se laisse volontiers subjuguer par cette héroïne et cette histoire jusqu’au final (que je ne déplomberai pas) ancré dans la triste actualité. Sans conteste un must accompagné de quelques bons mots que je ne suis pas prêt d’oublier. Donc, oui, laissez-vous plomber par ce rayon de soleil !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :